Musique, iPad & Slate.fr

Musique J’ai écouté Contra, le dernier Vampire Weekend ce weekend. Malgré cette divine  concordance temporelle, mon absolue conviction que les vampires existent (cf. True Blood), et enfin mon écoute répétée et convaincue de leur premier album… Aucun résultat.

Je dis « aucun » avec force, angoisse de castration et dépit. En tant qu’hyperactif mélancolique, j’ai tendance à écouter la musique en faisant autre chose. Les esprits les plus vifs auront donc compris que j’ai lancé mon écoute et me suis rendu compte que l’album s’était déplié dans mes oreilles sans que je ne m’en aperçoive.  A deux reprises. C’est la première fois que cela m’arrive. Aucun effet.

Contra c’est la musique que je n’entends pas. Et c’est une grosse déception. Contrairement aux musiques qui te font vibrer, trembler, frémir, bondir, pleurer, bref, qui ont des effets dans le corps, celle-ci n’est en aucun cas une menace pour ton corps, pour tes oreilles, pour ta santé, ça fait rien. Conclusion : Contra, c’est le contrat santé.

N.A. Pour ne pas finir sur un mauvais jeu de mots, ni sur une critique trop négative, j’ai tenté de la pondérer par une troisième écoute attentive. Raté, ça ne marche pas, déception à la hauteur de mes attentes. Pour se réconforter, je m’en vais écouter Killians.

iPad Evidemment, j’étais hier devant mon écran pour suivre la Keynote d’Apple. Je devais être encore l’un des seuls Mac Fan à ne pas croire en cette tablette, n’en voyant pas trop l’utilité. Le forcing incroyable auquel nous allons assister, c’est que d’ici deux mois, il sera impossible de vivre sans. Nous allons finir par croire que c’est absolument utile. Et le pire, c’est que nous n’aurons pas tord. Et c’est ça la magie, c’est d’arriver à croire en un truc impossible.

Dans l’état actuel des possibilités, l’iPad n’est pas en soit une révolution. Mais, sous peu, tout ce qui sera crée autour et pour l’iPad, applications et accessoires, rendra l’objet formidable. Apple ne livre donc pas, et en fait ne l’a jamais fait, un objet en soi, mais un outil, un support pour ce qui va s’y greffer après coup. Bien sûr ils donnent quelques pistes sur l’utilité de leurs objets, et il est certain qu’ils ne sont en rien ouverts, customisables etc… Néanmoins, nous l’avons vu pour l’iPhone, ce qui ne devait être qu’un support, un téléphone sympa avec le net dessus, est devenu une machine à application, au sens où il est devenu un objet aux multiples applications.

Slate.fr De l’iPad surnommé iSlate il y a peu, je passe à Slate.fr, cet excellent journal sur le web où l’on trouve aujourd’hui un article de Jacques Attali commentant la sortie de l’iPad comme satisfaisant notre besoin de « et » et non de « ou » en devenant l’objet hypermédia. Très éclairant. On y trouvera aussi l’article d’Etienne Augé « Apple ou l’American Idol » analysant finement la mythologie Apple. D’ailleurs, notons au passage le terme de mythologie, habilement choisi et préféré à religion ou secte qui ne rendraient pas compte objectivement de ce type de phénomène.

Je vous recommande vivement ces articles, mais aussi la lecture de Slate.fr. Lorsque je lis un très bon article sur le net, c’est rare qu’il ne soit pas sur slate. J’attends avec impatience une version iPhone du site ou une appli, please !

Poster un commentaire

Classé dans Web Stuff

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s